Ironie de l’Histoire, ou goût du paradoxe? Alors que les États-Unis sortent à peine d’une séquence électorale dont l’issue chaotique a été rythmée par les accusations — certes délirantes — de fraude au vote par correspondance, le sujet plus large du vote par anticipation revient sur le devant de la scène en France, à l’occasion d’un amendement discuté au sénat, après des propositions similaires, ces derniers mois, de Jean-Louis Debré et François Bayrou.

Si la justification en est honorable — renforcer le nombre de votants — on peut s’interroger sur l’efficacité réelle d’une telle mesure, sur ses dangers, et surtout sur ce qu’elle révèle de notre rapport à la démocratie.

La suite à lire sur le Huffington Post : ici

Romain Pigenel

Vous pouvez me suivre également sur Twitter, et sur LinkedIn.

--

--

Romain Pigenel

Enseignant en communication politique à Sciences Po, ex-conseiller du président de la République et directeur adjoint du SIG. http://romainpigenel.fr